Maladie de la pomme de terre : alternariose

23 juin 2009

M. Jean-Claude Dupuis (Langueux, 22), lecteur abonné depuis des années au magazine Rustica, nous a envoyé des photos de ses plants de pomme de terre malades. « Cette année mes pommes de terre primeures de variété Amandine sont malades, malgré un traitement à la bouillie bordelaise. Pouvez-vous me faire savoir de quelle maladie il s’agit ? »

Tubercules et feuillage de pomme de terre malades, alternariose, photo Jean-Claude Dupuis

Tubercules et feuillage de pomme de terre malades, alternariose, photo Jean-Claude Dupuis

La présence de taches noires nécrotiques sur les feuilles élimine la galle commune, qui n’affecte que les tubercules alors couverts plus ou moins de pustules en creux ou en relief. Il ne s’agit pas non plus du mildiou, fréquent dans les jardins quand des périodes de temps chaud et humide se succèdent. Mais la présence de taches creuses et sèches à la surface des tubercules, de taches noires limitées par les nervures des feuilles, avec un aspect anguleux, laissent penser qu’il s’agit d’une attaque d’alternariose.

Tubercules malades (alternariose) de pomme de terre, alternariose, photo Jean-Claude Dupuis

Tubercules malades (alternariose) de pomme de terre, photo Jean-Claude Dupuis

L’alternariose est provoquée par un champignon parasite (Alternaria solani). Cette maladie apparaît plutôt quand la plante est en fin de culture (sénescence naturelle ou due à des conditions de culture stressantes qui fragilisent le végétal) et lorsqu’il y a une alternance de périodes humides et ensoleillées, avec des températures élevées (entre 20 et 25 °C), avec de la rosée la nuit. La maladie se propage sous l’effet du vent et des gouttes de pluie qui dispersent les spores du champignon d’un plant de pomme de terre à l’autre. Les feuilles les plus vieilles, situées en bas des tiges, sont atteintes les premières après la floraison. Au départ de l’attaque, les taches sont petites et se limitent aux espaces entre les nervures. Si la maladie se propage davantage, les taches grandissent et l’ensemble de la feuille peut être atteint. Dans les cas les plus graves, une défoliation précoce peut se produire, ce qui entraine une baisse de rendement. Les spores du champignon parasite subsistent sur les déchets de pomme de terre laissés dans le sol (tubercules endommagés et fanes).

Comment lutter ?
Quand la maladie s’est déclarée, il n’y a pas de moyen curatif pour l’empêcher de se développer. Les actions sont uniquement préventives :
- Au moment de l’arrachage des plants malades, il ne faut pas laisser de tiges et de feuilles sur la parcelle, ni de tubercules malades dans le sol,
- Pour les futures plantations, acheter des jeunes plants sains en privilégiant les variétés les plus résistantes à cette maladie,
- Ne pas replanter au même endroit des pommes de terre deux années de suite. Il faut absolument respecter une rotation longue des cultures potagères.
- Maintenir la fertilité du sol (pas de manque d’azote ou de magnésium, maintien du taux de matières organiques),
- Pendant la culture, éviter les accidents de culture qui stressent les plants (sécheresse, excès d’eau),
- Arroser les plants sans mouiller le feuillage (l’arrosage par aspersion doit être évité),
- Les traitements préventifs utilisés contre le mildiou sont recommandés après la floraison des pommes de terre,
- Quand la maladie est repérée dans une planche de pomme de terre, il ne faut pas hésiter à arracher le plant infecté pour éviter toute contamination.

Vous aimerez aussi:

Partager :

  • icone partage facebook
  • icone partage twitter
  • icone partage

3 Réponses à “Maladie de la pomme de terre : alternariose”

  1. ARNAUD Anne 17. août, 2009 at 14 h 43 min #

    Bonjour,
    J’ai récolté mi aout 09 mes pommes de terre (environ 6 rangs de 3m) et ai eu la mauvaise surprise de les découvrir quasiment toutes atteintes par cette maladie (alternariose). Elles ne sont pas appétissantes mais peuvent-elles être consommées ?
    Merci de m’éclaircir.
    Autre question : j’envisage de traiter à la chaux la zone concernée. Est-ce une bonne idées ?
    Merci d’avance de votre réponse.

  2. Beaudé Stéphane 11. sept, 2009 at 14 h 29 min #

    Bonjour,
    je mange des pommes de terre avec cette maladie (alternariose) depuis très longtemps, (elles ne sont pas toutes les années malade mais souvent ) et je suis en bonne santé.
    Je pense donc que vous pouvez les manger sans problème, elles ont le même goût que les autres.
    Vous pouvez traiter votre jardin à la chaux mais je ne pense pas que cela fasse quelque chose sur cette maladie. De plus votre jardin n’en a peut-être pas besoin.
    Bien cordialement.
    S.B.

  3. claire maudru 15. sept, 2009 at 17 h 40 min #

    bonjour,

    moi aussi cette année, mes pommes de terre ont eu cette maladie (alternariose). pour l’année prochaine, comment vais je faire? si je plante des pommes de terre saine, elle vont se contaminer???? ma parcelle est assez petite!

Laisser un commentaire