Clématite des haies, une liane envahissante

27 mai 2009

Plante sauvage répandue dans presque toute la France, la clématite des haies (Clematis vitalba) s’invite parfois dans les jardins. Dotée d’une croissance vigoureuse, elle peut vite devenir très envahissante.

Clématite des haies (Clematis vitalba) sur une haie de Lonicera nitida, photo Delavie Alain

Si l’on ne prend pas garde au fin rameau qui s’immisce et sort de la haie, d’autres pousses toutes aussi vigoureuses apparaissent et prennent leurs aises. La plante parfaitement rustique et vivace prend alors de plus en plus de vigueur et prive de lumière l’arbuste couvert par son feuillage. En été, la liane se couvre de panicules de petites fleurs blanches, qui donnent ensuite des fruits plumeux, persistants tout l’hiver. Gare aux semis spontanés !
Quand la clématite ne trouve pas de support pour grimper, elle rampe sur le terrain et y étend ses longs rameaux, qui ont la capacité de s’enraciner au contact du sol. La propagation de l’espèce est donc assurée aussi bien par reproduction sexuée que par reproduction végétative. Une coriace donc !

Clématite des haies (Clematis vitalba) dans un massif de rosiers au printemps, photo Delavie Alain

Pour éliminer cette belle sauvageonne, il ne faut se contenter de couper les tiges visibles. Cela ne suffirait pas, même si cela affaiblit un peu le pied, surtout quand on le fait systématiquement et de manière répétée pendant toute la belle saison. Il faut plonger dans la haie ou le massif de rosiers pour aller trouver la souche, qu’il faut essayer d’arracher le mieux possible. Travail ardu souvent, car fouiner au coeur d’une haie dense n’a rien de facile ni d’agréable. Quant au massif de rosiers, il se défend trop bien avec toutes ses épines qui vous lacère. Et la liane a des feuilles qui s’agrippent un peu partout…

Clématite des haies (Clematis vitalba) dans un massif de rosiers au printemps, photo Delavie Alain

Dernier détail à ne pas négliger, la plante est toxique, encore plus quand elle fleurit. Il est prudent de ne pas la toucher à mains nues car elle irrite la peau. Une bonne paire de gants, les bras bien couverts ainsi que les jambes (ce n’est pas le moment de céder à la mode des pantacourts !).
Bref, il faut agir le plus tôt possible pour ne pas être envahi. Surtout il ne faut pas laisser la plante produire des graines. Bon courage !

Vous aimerez aussi:

Partager :

  • icone partage facebook
  • icone partage twitter
  • icone partage

Une Réponse à “Clématite des haies, une liane envahissante”

  1. berthille 28. mai, 2009 at 20 h 54 min #

    Je ne la savais pas toxique à ce point et ne me suis pas protégée lorsque je suis allée cueillir de longues lianes si pratiques à travailler.

Laisser un commentaire